Une lanterne habitée pour le Musée d’Art de Joliette

Par son rôle de portail de la ville de Joliette, la valeur patrimoniale et la qualité architecturale de l’édifice d’origine et le rôle dynamisme de l’institainsi que le rôle important de l’institution dans la dynamisation de la communauté, le projet de réaménagement et d’agrandissement du Musée d’Art de Joliette impose une réflexion élargie sur l’intervention architecturale afin d’intégrer les enjeux de design urbain, d’architecture de paysage, de signalétique, de mise en lumière et de prise en charge des rythmes des saisons culturelles et leurs expositions.
Destination urbaine | arrimage à la ville et à la rivière

Il s’agira d’arrimer la ville et la rivière au Musée. Le parvis et le volume d’entrée retrouveront leur prestance telle qu’imaginée par le père Corbeil. Le Musée sera rehaussé par un volume qui s’animera par une terrasse-observatoire révélant un point de vue exceptionnel sur la rivière. Ce nouveau rapport intensifié entre le Musée et la rivière établira un portail urbain.

La reconfiguration en cours de la rue contribuera à améliorer la qualité de l’environnement du Musée ainsi que la visibilité de ce dernier. Le réaménagement du parvis et du parterre avant du Musée permettra d’animer l’espace public par des oeuvres renouvelées périodiquement. De jour, le MAJ sera une destination urbaine et culturelle où le touriste s’arrête pour découvrir la ville et où le citoyen est invité à investir le parvis, passer du temps, admirer la rivière et visiter les expositions.

Les aménagements extérieurs permettront de prolonger vers la ville et la rivière la riche programmation culturelle du MAJ. Le projet d’architecture de paysage s’appliquera à rétablir un dialogue avec la rivière tout en constituant un parvis sur le site du musée permettant l’installation et la tenue d’événement public.

Dans le contexte d’une ville nordique, il existe une opportunité réelle d’arrimage par la lumière entre la rivière et son barrage et l’institution. L’environnement immédiat étant dans une relative obscurité, il sera possible de faire du musée une lanterne urbaine, qui pourra dans des phases ultérieures entrer en résonance une présence lumineuse dans la rivière.

La création d’un parvis prolongeant vers la ville le contenu culturel assurera en retour, une expérience de grande qualité pour l’arrivée du visiteur sur le site selon les deux approches par la rue et par le stationnement.
Architecture | révéler l’oeuvre du père Corbeil en s’inscrivant dans l’évolution du MAJ

Trois volumes, trois moments d’architecture ayant chacun leur identité, s’arrimeront pour constituer le nouveau Musée. Le volume en croix de maçonnerie imaginé par le père Wilfrid Corbeil sera le volume d’assise abritant le hall, les réserves et l’exposition permanente. Le volume de l’agrandissement de 1990 conservera les importants espaces d’expositions temporaires et sera revisité pour créer une grande murale signalétique dont les métamorphoses seront rythmées par les saisons du Musée.

À l’étage, le seul espace existant fenestré vers la rivière sera restitué au public, passant d’un espace administratif à une salle éducative. En attribuant une fonction signalétique claire à ce volume, un dialogue franc entre deux moments d’architecture sera ainsi établi.

Un nouveau volume, rehaussant l’édifice pour affirmer sa présence dans la ville, abritera une nouvelle salle multifonctionnelle, les espaces administratifs repositionnés et la terrasse-observatoire. Ces espaces se veulent des lieux ouverts aux citoyens consolidant l’achalandage du Musée au-delà de l’exceptionnelle visite culturelle pour devenir une destination
régulière des citoyens.

C’est la promenade architecturale verticale d’origine qui unifiera les espaces publics. La réinsertion du hall de double hauteur présentera aux visiteurs l’ensemble de l’offre culturelle du Musée : les expositions temporaires au rez-de-chaussée, la grande salle avec mezzanine de l’exposition permanente et la salle multimédia à l’étage supérieur. L’expérience culminera
par la visite de la terrasse-observatoire à la cime du Musée. On revalorisera ainsi l’expérimentation des espaces tels qu’imaginés par l’architecte Corbeil en l’enrichissant par un arrimage au paysage urbain et naturel.
Le projet de réaménagement 2012 sera la troisième phase de construction du Musée imaginé par l’architecte Wilfrid Corbeil,en 1975. Outre l’urgence d’intervenir sur le bâtiment pour assurer sa pérennité et le maintien de son statut
d’institution de première catégorie, le projet est une opportunité de constituer un véritable portail culturel pour la ville de
Joliette et de révéler une oeuvre architecturale dont les espaces sont à la hauteur de la qualité des expositions ayant fait la
renommée du MAJ.
Endroit : Portail de ville
Ville : joliette, québec
Date : 2012
Client : musée d'art de joliette
Collaborateurs : Intégral Jean Beaudoin ( Architecture ) + Roy et Tremblay ( gestion ) + Aecom ( ingénierie ) + André Préfontaine (IJB- infographie)
État : En cours